Masertic news

Venez découvrir le nouveau domaine : .paris !

Après 5 années d’attente, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) vient de valider la candidature de la Ville de Paris pour la création de cette nouvelle extension. En effet, Paris est l’une des premières capitales du monde a avoir réclamé à l’ICANN un nom de domaine personnalisé.

 

                                           Sans titre

 

Vous connaissiez les noms de domaine en .fr, .com, .net… ? Découvrez à présent le .paris !

Tout d’abord, ce nom de domaine s’adresse aux entreprises comme aux particuliers. Les entreprises basées à Paris et dans la région parisienne, les particuliers habitant à Paris pourront en bénéficier. Grâce à ce domaine, il est possible de témoigner un attachement fort pour cette région pourront l’utiliser pour un blog.

Pour les professionnels, le .paris est l’opportunité de bénéficier de l’image de prestige que véhicule la ville de Paris. Aussi, c’est une chance d’améliorer leur présence et leur visibilité en ligne. Cependant, une communication adéquate sera nécessaire afin d‘acquérir la confiance des internautes.

 

Utilisation du domaine

Jusqu’au 16 décembre, un appel à projet est lancé pour définir les 100 premiers qui auront l’opportunité d’obtenir le .paris. Pour participer, il suffit de télécharger le dossier d’appel à projet sur le site mondomaine.paris.fr et de procéder à l’enregistrement en ligne du dossier de candidature. Après cette date, l’extension sera ouverte aux détenteurs de marques. Enfin, aux alentours de fin 2014, elle sera ouverte aux particuliers.

Après l’ouverture au grand public du .paris, il sera possible d’obtenir ce nom de domaine. Comme pour toute autre extension, il sera disponible auprès d’un bureau d’enregistrement accrédité. La Ville de Paris et son partenaire (le groupement AFNIC-CORE) jouent le rôle de registre du .paris. Ils tiennent à jour la liste des domaines enregistrés, définissent la politique de nommage et les tarifications de base sur lesquelles les bureaux d’enregistrement construisent leurs offres.

Enfin, certaines régions comme l’Alsace, l’Aquitaine, la Bretagne et la Corse auront leur propre extension Internet. Plusieurs autres grandes villes européennes ont également déposé leur candidature, telles que Londres, Helsinki, Madrid, Hambourg ou Barcelone. Ainsi, une révolution numérique est en marche !

 

 

Sources :

http://mondomaine.paris.fr/

http://www.paris.fr/accueil/actualites-municipales/paris-juste-une-mise-au-point/rub_9656_actu_129982_port_23785

https://www.icann.org/fr/about/participate/what

Polabox : print as youshare !

Matérialiser les photos issues de ses réseaux sociaux devient possible grâce à la Polabox.

Logo Polabox

Création de Polabox

C’est en 2012 qu’ Antoine Le Conte (Co-Fondateur de Programme-tv.net) et Aurélien De Meaux créent l’entreprise PrintKlub, Pure Player qui propose des impressions de nos souvenirs, partages issues de la toile.

C’est en surfant sur les tendances du Vintage, du Do itYourself et de la personnalisation que cette entreprise a su se faire connaître et s’insérer sur le marché de l’impression numérique. PrintKlub propose une impression poster, cadre photo, book, mais son produit phare c’est la Polabox !

 

Le concept

En quelques clics l’internaute sélectionne ses photos issues de Facebook, Instagram, Google+ où directement de son ordinateur, choisit le format, la couleur de ses photos et les reçoit dans une boîte en format polaroïd, en moins de 4 jours.
La Polabox est personnalisée avec les photos imprimées en miniatures,L’innovation réside dans la personnalisation.

  • Au verso des photos on retrouve les likes, commentaires et tags des réseaux sociaux,
  • Les photos sont autocollantes ce qui permet au client de faire sa déco avec ses propres photos (marketing participatif)

Qualité et simplicité tel est le positionnement de PrintKlub. En effet, le site et le processus de commande sont très simples, la commande est livrée en 4 jours, et les photos sont imprimées par des imprimeurs reconnus sur un papier de qualité.

 

La Polabox fait parler d’elle…

C’est à travers les réseaux sociaux que PrintKlub communique. Via des posts sur Facebook, Instagram ou Twitter les internautes posts leurs créations déco avec leurs photos,  ce qui créé une vraie communauté et une grosse interactivité.

De plus de nombreux bloggeurs ont relayé l’information et testé la Polabox, et c’est qu’elle commence à être connue !

Prinktlubest parisienne, sa notoriété elle la développe aussi via la couverture photos d’événements comme récemment pour la présentation de Jimini’s (entreprise innovante proposant des produits apéritifs à base d’insectes), ou de vernissages.

La suite? C’est la boîte à photos ! Lancement prévu le 20 Octobre 2013…

Sans titre

 

 

Sources :

http://www.printklub.com/fr

http://www.madmoizelle.com/concours-polabox-photos-202199

http://businessclubdefrance.com/2012/10/22/business-club-special-innovation-avec-ecoceane-tmw-techno-printklub-mais-aussi-le-groupe-mark-qui-reprend-fasia/

Shadow, ou comment se souvenir de vos rêves !

Notre cerveau est un formidable outil dont nous ne connaissons que très peu de choses. Le rêve, voici l’une des grandes énigmes des scientifiques. Voilà pourquoi SHADOW a été conçu…

Remember your dreams with Shadow

SHADOW
Une application pour se souvenir des rêves…

 

Concept de l’application Shadow

Hunter Lee Soik, un designer new-yorkais, est parti de l’idée que l’on oubliait 95% du contenu de nos rêves dans les 5 minutes après le réveil.

L’application consiste à réveiller l’utilisateur de façon progressive chaque nuit durant une semaine ou un mois. Il doit alors enregistrer immédiatement ses rêves, oralement ou par écrit. S’ils décident de les partager sur le Cloud, elles seront analysées. Ils constitueront progressivement une base de données géante : la « communauté des rêveurs ».

Pour financer son application, le créateur a lancé un appel aux dons mardi 17 septembre sur le site participatif Kickstarter avec un objectif de 50.000$. Celui-ci a été atteint en seulement 7 jours avec l’aide de plus de 2.000 contributeurs.

 

Sans titre

 

En quoi est-elle innovante ?

Aujourd’hui, bien que les scientifiques connaissent l’activité du cerveau pendant le sommeil, leur signification reste inconnue.

Ainsi, Hunter Lee Soik pense que l’application permettrait d’en apprendre davantage sur nous-mêmes et mieux comprendre le monde qui nous entoure. Le lancement de Shadow, première application du genre, représente par conséquent une véritable innovation dans ce domaine, encore très peu exploré.

De plus, l’idée de la base de données est, elle aussi, innovante. Le créateur a fait appel à des scientifiques qui l’analyseront pour savoir « à quoi rêve le monde ».

 

Évolutions et limites

L’utilisation risque d’être limitée dans le temps car une fois l’expérience tentée, son attrait devrait très vite s’essouffler. De plus, elle est très contraignante (réveil nocturne, obligation d’enregistrement).

Aussi, l’application est controversée par des scientifiques. Ils pensent qu’il s’agirait surtout d’un stratagème destiné à connaître les internautes à partir des mots-clés envoyés.

 

 

Sources :

http://www.discovershadow.com/

www.nouvelobs.com

www.kickstarter.com

www.slate.fr

www.scilogs.fr

Bankiwi : la banque des petits

La sécurisation des paiements en ligne entraîne un développement des services sur le web et instaure un climat de confiance dans l’esprit des consommateurs. Bankiwi permet de conserver l’argent donné par les parents ou les proches, et de réaliser des achats sécurisés auprès de partenaires.

 

Logo Bankiwi

 

Qu’est ce que Bankiwi ?

Bankiwi est une réflexion autour de l’extension du service de Leetchi.com et d’observations. Les 10 -16 ans n’ont pas de cartes de paiement, ils peuvent donc difficilement réaliser des achats sur le net. Leetchi imagine alors un concept d’argent de poche en ligne. Ce dernier permet de conserver l’argent donné par les parents ou les proches, et de réaliser des achats sécurisés auprès de partenaires.

 

 

Quelques chiffres

Tout d’abord, environ 2 milliards d’euros d’argent de poche sont donnés chaque année. De plus, la moitié des jeunes de 10 à 15 ans en reçoivent chaque mois. Ensuite, plus de 9 millions de jeunes français ont accès à Internet. Ces éléments ont convaincu Leetchi de s’intéresser à ce marché.

Même si la brique technologique était déjà conçue, il a fallu repenser le service pour une clientèle plus jeune. Pour ce faire, la société a développé plusieurs maquettes, que l’équipe a exposé à son entourage, mais aussi à des focus groups. Des questionnaires ont également été envoyés.

 

Un système sécurisé

Enfin, afin de fournir un service sécurisant pour les parents, Leetchi a engagé ses partenaires à signer une charte éthique, afin que les achats réalisables par les jeunes soit conformes à la bienséance.

Leetchi a internalisé ses relations publiques très rapidement après sa création, et le nouveau service Bankiwi profite de l’expérience acquise par le passé. Bankiwi bénéficie également de techniques marketing web traditionnelles, comme l’affiliation et l’achat de mots-clés. Par ailleurs, le service laisse une place importante dans son fonctionnement aux réseaux sociaux qui permettent ainsi une propagation virale.

Johan Laulanet & Pierre Rivalin

 

 

Sources :

https://www.bankiwi.com/

http://www.journaldugeek.com/2012/04/07/bankiwi-tirelire-en-ligne/

http://pro.clubic.com/e-commerce/paiement-en-ligne/actualite-485452-bankiwi-democratiser-concept-tirelire-ligne.html

Soutenez Phonebloks sur Thunderclap !

Aujourd’hui, lorsqu’un téléphone est fabriqué, il dispose de ses propres accessoires (appareil photo, processeur, horloge interne, etc…). Généralement, ils ne sont pas modifiables, à l’exception de quelques-uns tels que la batterie. Même s’il existe une limite de compatibilité et de maitrise de ces derniers par l’utilisateur.

                                                      Photo Phonebloks

Phonebloks, qu’est-ce que c’est ?

Dans le cas du Phonebloks, développé par Dave Hakkens, la base est le seul élément essentiel sur laquelle tous les accessoires. Peu importe leur modèle et leur disposition, ils se greffent parfaitement, prêts à l’emploi. Actuellement, aucun autre appareil téléphonique ne propose une telle technologie. Ainsi, ça rappelle le fait de monter soi-même son ordinateur avec différents composants afin de réduire les coûts. L’intégralité des utilisateurs, sans aucunes connaissances dans le domaine de l’électronique, peuvent s’improviser ingénieurs en modifiant à souhait son téléphone.

 

Les avantages

Fini l’obsolescence programmée sur ce type de produit puisque le tout est interchangeable. Plus besoin de jeter un téléphone portable pour un écran cassé ou une batterie défaillante.

Grâce au Phonebloks, chaque composant est indépendant. Si l’écran est abîmé et, par conséquent, hors d’usage, il suffit simplement de le détacher de la base et le remplacer par un nouveau. Ainsi, seul l’élément défectueux est jeté voire recyclé et les autres composants encore opérationnels restent actifs sur le téléphone qui disposera d’un tout nouvel écran. Par conséquent, la quantité de déchets électroniques sera considérablement réduit.

Le projet sera disponible en modèle Opensource, c’est-à-dire que tout le monde pourra concevoir ses blocs, les particuliers comme les professionnels. Ainsi, les différentes marques spécialisées pourront commercialiser leurs propres blocs et ainsi créer un véritable marché autour du Phonebloks.

Actuellement, le projet est inscrit sur la plateforme Thunderclap qui permet aux internautes de partager une idée où un projet par le biais des réseaux sociaux ce qui permet de créer une vague d’attention et une prolifération d’articles sur le sujet. Vous pouvez soutenir le projet jusqu’au 29 octobre 2013 sur la page de soutien de Phonebloks, date à laquelle toutes les voix seront utilisées pour lancer le projet auprès des financiers.

Par Alan GALISSON et Alexandre NOGUERES

 

 

Sources :

http://www.phonebloks.com/

http://branchez-vous.com/2013/09/25/phonebloks-quand-lutopie-est-rattrapee-par-la-realite/

http://www.rue89.com/2013/09/13/phonebloks-smartphone-ecolo-facon-lego-reve-245665

http://www.humanoides.fr/2013/09/16/phoneblocks-le-smartphone-revolutionnaire-avec-des-composants-interchangeables/

De meilleures recherches grâce à Colibri

Google est le premier moteur de recherche au monde, puisqu’il est utilisé dans 90% des cas. Pour atteindre cette première place, Google cherche à optimiser ses réponses afin de satisfaire au mieux les attentes des internautes. Il fait de nombreuses mises à jour notamment celle appelée “Colibri”.

                                                     Colibri Google

Il semble donc judicieux pour les entreprises de posséder un bon référencement sur ce moteur de recherche. Leur objectif : générer du trafic sur leur site. Plusieurs mises à jour de l’algorithme de recherche de Google se sont succédées, Panda en 2011 puis Pingouin en 2012.

 

Mise à jour Colibri

À l’occasion de ses quinze ans, Google a dévoilé en septembre sa dernière mise à jour « Google Hummingbird » dite « Colibri ». Ses objectifs ont été clairement exposés : rapidité et précision. « Colibri » permet aux internautes de profiter de réponses encore plus ciblées en fonction de leurs recherches.

En effet, ce nouvel algorithme favorise l’association automatique de synonymes aux mots-clés tapés afin que l’internaute obtienne l’information désirée. Cette mise à jour innovante prend en compte les formulations ou les expressions « orales » ainsi que les recherches composées de nombreux termes.

Les fondateurs de Google souhaitent continuer à intégrer les avancées technologiques  et désirent en faire un « Moteur de réponse ». Cette nouvelle tendance, initiée par « Siri » d’Apple est un défi que Google cherche à relever. Par le biais des recherches et conversations vocales, les requêtes sont de plus en plus longues et sont posées sous la forme d’interrogation. Grâce à Colibri, il est possible d’obtenir une réponse directe sans accéder au moindre site.

 

Search Barack Obama

 

Petit impact sur le référencement

Google lui-même n’a pas précisé si cette mise à jour aura un impact sur le référencement naturel de son moteur de recherche. Cependant, les réactions aux articles concernant «Colibri» ne se sont pas fait attendre et de nombreux webmasters considèrent les mises à jour de Google annuelles perturbantes pour le référencement naturel.

Ingrid ROY & Ophélie RABALLAND

 

 

Sources :

http://www.webrankinfo.com/dossiers/google-search/hummingbird

http://www.brioude-internet.fr/competences

http://www.abc-netmarketing.com/

http://www.abondance.com/actualites/20130927-13198-hummingbird-colibri

http://www.journaldunet.com/solutions/seo-referencement/google-hummingbird-colibri.shtml

Avec la machine du voisin, lavez Malin !

Qui ne s’est jamais retrouvé devant un tas de linge sale sans laverie à proximité ? C’est la situation dans laquelle s’est trouvé Yann, étudiant Lillois, il y 2 ans. L’idée lui est donc venue de créer un service permettant de mettre en relation des propriétaires de machines avec des voisins qui n’en ont pas : La machine du voisin !

                                      Logo la machine du voisin

 

La machine du voisin, l’idée au succès.

Tout d’abord, cette idée s’est traduite à l’occasion d’un projet universitaire : le défi d’innovation 2011. En effet, le concept, nommée M@chine-friendly, séduit à l’unanimité le jury ainsi que les étudiants. Fort de ce succès les étudiants reprennent le projet et le rebaptisent La Machine Du Voisin (LMDV). Ainsi, le 20 février 2012, le site internet voit le jour.

Le service principal prend la forme d’un site, appelé voisin. Il permet de mettre en relation des personnes voulant faire leur lessive et celles, acceptant de partager leur machine à laver. Ces derniers sont mis en relation avec les autres voisins selon leur proximité.

 

Comment ça marche ?

Les propriétaires de machine à laver s’inscrivent sur le site en indiquant le descriptif de leur machine. Ensuite, les personnes intéressées par les offres peuvent consulter et comparer les divers appareils mis en ligne. Enfin, les voisins dépourvus de machine peuvent venir faire leur lessive de façon conviviale chez les propriétaires. Bien sur, il faut moyenner une compensation financière. Le petit plus du site : filtrer les recherches en fonction des programmes de lavage recherché.

Partie de rien, LMDV cumule les retombées presse et fait un carton. Le concept comptabilise aujourd’hui :

– Plus de 2900 machines
– Plus de 450 transactions
– 2440 fans Facebook

Plus qu’un service d’échange, c’est la dimension sociale et écologique qui a fait le succès du projet. Il permet de tisser des liens tout en profitant d’un service de proximité bon marché. Essayez-le !

 

Sources :
http://www.lamachineduvoisin.fr/

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Vannes.-Ils-louent-leur-machine-a-laver-le-temps-d-une-lessive_40832-2230190——56260-aud_actu.Htm

http://www.letudiant.fr/trendy/bons-plans/mes-trips/bon-plan-pour-laver-son-linge-la-machine-du-voisin.html

http://www.rac-f.org/IMG/pdf/Consommation_collaborative.pdf

http://www.liberation.fr/societe/2012/12/23/laver-son-linge-sale-dans-une-autre-famille_869680

 

Taratata 2.0 : un nouveau départ !

Créée en 1993 par Nagui, qui en a également été le présentateur, Taratata est une émission de télévision musicale française. Elle a su conquérir le cœur de l’audience française.

 

                   Photo Nagui, présentateur de Taratata et Jacques Antoine Granjon

 

La fin du programme Taratata?

Malgré cela, le fameux programme de France 2 a dû prendre fin. Après vingt ans de lutte pour le maintien de Taratata, Nagui a dû cesser  la diffusion et la production de son émission en raison de la mauvaise situation financière de la chaîne.

 

L’émission repart grâce à une pétition

Finalement, c’est grâce à une pétition contre l’arrêt de Taratataque Nagui a pu déclarer officiellement à son auditoire le 13 juin dernier que l’émission repartirait de plus belle sur internet. Pour lancer le projet, un partenariat a été mis en place avec le célèbre site de e-commerce vente-privee.com. Il est détenu par Jacques-Antoine Granjon qui représente une visibilité supplémentaire auprès de 13 millions d’internautes.

Des partenariats ont également été mis en place avec la SNCF et Air France ce qui apporte une crédibilité supplémentaire à ce nouveau format de programme. Par la présence de tablettes dans les transports, il sera promu aussi bien au niveau national qu’à l’étranger.

 

Et le financement alors ?

Question financement, Taratata a fait appel à My Major Company, le site de financement participatif, à partir duquel les internautes contribuent financièrement à la production de chaque émission. Ce dernier levier marketing marque le passage de Taratata d’un modèle en B to B, à celui en B to C.

Redevenant un producteur indépendant, Nagui peut répondre aux attentes de son public.

 

Dans le futur ?

La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si cette mutation du mode de diffusion saura être pérenne et si elle permettra à l’émission de connaître autant de succès qu’à la télévision. Même si Taratata est en recherche constante de nouveaux financements, le web semble être le moyen idéal pour ressusciter un programme si apprécié de ses téléspectateurs.

Preuve une fois de plus que le programme aura su rester au top de sa modernité en s’appropriant les nouveaux modes de consommation média. Enfin, il ne reste plus qu’à être patient d’ici le retour tant attendu de Taratata. Il aura lieu le 18 octobre prochain sur le site www.mytaratata.com dès 20 heures.

 

 

Sources :

Dandybox, le style dans une boîte

On constate depuis quelque temps l’existence des Box cadeaux sur le web pour une cible principalement féminine. Le magazine online DandyBlog a eu l’innovante idée de créer sa propre box destinée à la gente masculine.

 

 DandyBox

Le coffret cadeau dédié aux Dandy : la DandyBox !

 

Dandyblog.com, qu’est-ce que c’est ?

DandyBlog est un site mettant en avant un certain style de vie : le dandysme. Un dandy est un homme se voulant élégant et raffiné, se réclamant du dandysme, mais aussi d’une affectation de l’esprit et de l’impertinence.

Le site met en avant le « lifestyle » du dandy avec pour but de divertir au quotidien par un contenu concret et inspirant, au ton décalé mais affirmé. On y retrouve : articles de mode, critiques de cinéma, hygiène de vie, gastronomie, savoir vivre, savoir être, et tout ce qui s’approche au domaine artistique.

 

Création de la DandyBox

La DandyBox est un coffret cadeau que chaque abonné recevra tous les deux mois (l’abonnement annuel est de 299€). La particularité de ce concept est que l’abonné ne connait pas à l’avance le contenu de sa box, l’effet de surprise est donc total.

Le contenu de la box est généralement composé de produits d’hygiènes et d’accessoires (boutons de manchettes, stylos, parfums, gel nettoyant, produits de beauté, etc.). De même, le positionnement se veut assez luxueux en proposant des produits de marque et en offrant un coffret au design épuré.

Ainsi, l’idée de ce concept est prometteuse. En effet, le secteur des cadeaux fait face avec succès à la crise économique. Le marché des cadeaux sur internet est très porteur. Effectivement, il représentait en 2012 en chiffre d’affaires de 184,8 millions d’euros. De plus, on constate une hausse de 2,5 millions par rapport à 2011.

 

« L’habit ne fait pas le moine, mais le costume fait le Dandy. »
By Dempsey Raffier

EAT 24, quand restauration et porno font bon ménage

EAT 24 est une entreprise américaine de livraison de repas 24/24 et 7jours/7. Ils ont près de 20000 restaurants partenaires sur le territoire américain. De plus, l’entreprise a récemment été classée dans les 5 meilleurs sites web de livraison de repas.

Sandwich vendu par Eat 24

Un communication hors du commun pour EAT 24 !

Dans un désir de se différencier, EAT 24 a décidé de choisir les sites pour adultes pour relayer sa campagne publicitaire. Ils ont choisi de mettre de côté les médias web classiques, plus coûteux et plus exploités.

 

Mise en place de la communication

C’est donc après une publicité gratuite par certaines pornos stars via Twitter et une étude de consommation de site porno en Amérique, qu’EAT 24 a fait son choix. Celui-ci est d’ailleurs loin d’être anodin. Effectivement, les coûts (divisés par 10 pour des bandeaux publicitaires), comme le taux de fréquentation (très important) furent des arguments supplémentaires pour valider le projet.

En effet, les bandeaux présents sur les sites porno sont à 99% des annonces pour d’autres sites. Le reste correspond à des publicités pour des produits virilisants. C’est pourquoi, EAT 24 en a vu une opportunité pour proposer leur service de manière humoristique, thématique et commerciale.

Afin de respecter son cahier des charges, 5 bannières publicitaires différentes sont diffusées selon les horaires de fréquentation les plus importants sur les sites, et à des endroits stratégiquement étudiés. Les publicités sont alors présentes sur les menus des sites mais aussi pendant le visionnage de contenu.

 

Résultats

Ainsi, les résultats de cette campagne publicitaire furent sans appel ! Les bannières ont été vues 3 fois plus que celles sur les médias sociaux classiques. De plus, une nette évolution du nombre de commandes sur le site, ainsi qu’une forte évolution du nombre de téléchargements de leur application Smartphone se sont aussi fait ressentir. Un hasard? Simplement une stratégie de communication web réussie.

 

 

Sources:

http://blog.eat24hours.com/how-to-advertise-on-a-porn-website/
http://www.presse-citron.net/eat24-quand-une-chaine-alimentaire-saffiche-sur-les-sites-pornos http://www.entretemps.net/le-porno-ca-creuse-eat24-la-bien-compris/

Adeline, voyageuse et blogueuse engagée.

Dans la licence MASERTIC, on retrouve plein de personnes avec des parcours atypiques prêtes à nous partager leurs expériences. Aujourd’hui, on échange avec Adeline passionnée de voyage et auteure du blog la Belette Rousse. Sur celui-ci, elle nous parle de ses aventures mais également d’éthique animale, de consommation responsables et de conseils aux voyageurs.

Pour commencer, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Adeline, j’ai 28 ans, je suis originaire de La Rochelle mais ça fait 10 ans que j’ai atterit en Rhône-Alpes. Dernièrement j’ai posé mes valises en Savoie, à la frontière italienne dans une petite ville de montagne ! Depuis le mois de septembre, j’ai laissé la Savoie derrière moi pour un retour aux sources et surtout pour faire ma LP.

Depuis mon départ de La Rochelle en 2008 j’ai eu beaucoup de vies : étudiante en droit, en psychologie, en soins animaliers… J’ai voyagé aussi sur différents continents et c’est d’ailleurs de ces voyages qu’est né le blog.

Quel est le but de ton blog ? Comment cette idée t’es venu ? 

L’idée d’ouvrir un blog m’est venue lorsque j’ai décidé de partir sur le continent africain en janvier 2015 pour plusieurs mois. J’étais en formation de soins animalier à l’époque, pour être soigneur dans les parcs zoologiques, et je voulais être une actrice de la conservation des espèces. Malgré les efforts mis en place par les parcs animaliers pour sensibiliser les visiteurs à l’avenir des espèces qu’ils voient pendant leur journée à déambuler aux zoos, il ne faut pas oublier que c’est un “loisir” et que les gens le voient comme tel. Du coup, très peu de visiteurs ressortent en ayant eu un déclic vis à vis de l’avenir de ces espèces. C’est pourquoi j’étais souvent frustrée de voir que, quand je faisais de la sensibilisation, les gens étaient plus là pour s’amuser de ce petit saïmiri qui galope sur une branche plutôt que de vraiment écouter les périls que vit l’espèce en milieu naturel.

J’ai donc voulu partir pour voir comment se mettait en place la conservation des espèces en milieu naturel et en parallèle de récits de voyage, j’ai choisi d’informer et de sensibiliser sur l’avenir de la biodiversité et l’impact de nos vies sur la planète et ses habitants, humains et non humains.

Qu’est ce que tu recherches en effectuant la licence MASERTIC ?

A travers mon blog je suis rentrée en plein coeur du domaine de la communication numérique, j’ai appris à me servir de CMS, à me familiariser avec le SEO, à prendre en main des réseaux sociaux auxquels je n’avais jamais touchés, à faire de la photo et à toucher à un tas de logiciels que je ne connaissais pas. J’ai énormément appris en 3 ans de blogging mais je n’ai appris que ce dont j’avais besoin. L’idée en intégrant la LP MASERTIC était donc de pouvoir découvrir ce que je ne connaissais pas encore, pour avoir une sorte de légitimité dans le domaine autrement qu’à travers mon blog.

Pourquoi le nom « Belette rousse » ? Une histoire derrière ce nom ?

Alors, il faut savoir que le blog a changé 3 fois de nom, Belette Rousse étant le plus récent ! Choisir un nom de site est vraiment un challenge, ce n’est pas un mythe ! Selon moi il faut qu’il reflète à la fois le contenu, la ligne éditoriale, et la personne qui est derrière son écran à gérer tout ça. 

Belette Rousse a bien une histoire, toute bête en fait puisqu’il s’agit du surnom d’un de mes chats ! Au delà de ça ce nom reflète beaucoup de choses : la belette est très symbolique. En effet, les mustélidés sont très dépréciés dans notre pays et certaines espèces sont attaquées et en danger d’extinction à force d’acharnement. Par ce symbole de la belette, j’arrive à réunir le côté protection des espèces, ma passion pour les animaux et en même temps c’est un animal qu’on retrouve sur presque toute la planète. Bref, ça représente bien le côté voyage !

D’ailleurs, combien de pays as-tu visité ?

Pour le moment 23, la plupart en Europe et en Afrique de l’Est, un peu en Asie et en Amérique du Nord aussi ! 

Quand tu vas à l’étranger, qu’est ce qui ressort sur les Français en général ? De quoi te parlent-ils ?

La plupart du temps c’est notre niveau d’anglais qui est pointé du doigt ! J’ai été amené à beaucoup parler anglais lorsque j’étais en Afrique de l’Est. A force de pratiquer, mon accent français n’est plus très prononcé. D’ailleurs, c’est toujours assez drôle de voir mes interlocuteurs essayer de deviner d’où je viens.  

Comment choisis-tu le prochain endroit que tu vas visiter ?

Ca dépend des envies ! J’ai décidé de m’astreindre à un voyage en avion par an ce qui réduit considérablement la liste. Le fait qu’on voyage à vélo avec mon conjoint nous permet de visiter beaucoup de pays tout en se déplaçant de manière écologique. Pour l’été prochain on hésite encore : Philippines, Indonésie ou peut-être des pays comme la Jordanie, l’Ouzbékistan. Les pays de l’Europe de l’Est nous tentent aussi beaucoup ! Bref, c’est toujours très compliqué de choisir !

Et l’avenir ?

A l’issue de la LP, j’espère pouvoir trouver un emploi en Parc National ou Régional. Mon objectif est de gérer la communication autour de thèmes qui me tiennent à coeur. Militer à son niveau peut se faire par beaucoup de manières différentes. C’est pourquoi, je tiens aussi à ce que ça passe par ma vie professionnelle.

Clic Emotion, un autre projet en quelques clics

Nous nous retrouvons pour vous présenter un nouveau projet tuteuré d’un groupe d’alternants. Les maserticiens sont chargés de répondre aux nouveaux besoins de la starup Clic Emotion spécialisée dans la vente de robotselfies. Il s’agit dans la meme startup à l’origine du projet de Léonie, Charlotte et Laeticia, en revanche, les besoins sont différents !

projet

Présentez-vous ainsi que votre projet :

Nous sommes la Maser’clic” indique Léopoldine. Ce groupe est composé de 5 étudiants : Rémi, Clémentine, Luc, Maxence et Léopoldine.
Leur projet : développer la notoriété de l’entreprise Clic Emotion. Une société française qui vend des robotselfies. Cela grâce à une nouvelle segmentation ciblée : les jeunes !

“Nous nous sommes posés une question principale :
« Qui utilise le plus les selfies ? » – « Les jeunes ! »
« Et où sont-ils présents en masse ? » – « Dans les bars ! »” selon Clémentine

Ils proposent donc d’installer des machines à selfies dans les bars, pour que les utilisateurs puissent repartir avec un petit souvenir de leur soirée sur papier glacé.

Quelles sont vos missions ?

Il a fallu tout construire ! L’équipe Maser’Clic doit donc :

  • Trouver une idée innovante
  • Travailler sur l’analyse stratégique
  • Développer toute la stratégie commerciale et de communication
  • Prévoir tout le planning
  • Mettre en place un plan d’action
  • Faire beaucoup de pauses café
  • Synthétiser le budget
  • Créer des sondages
  • Produire des comptes-rendus de chaque étape
  • Imaginer des diaporamas
  • Faire des visuels

Quel est votre objectif principal ?

Remporter le grand prix du challenge Agorize !” indique Luc
Plus sérieusement, ils veulent présenter une idée innovante et originale qui plaît à cette entreprise en développement. Il y avait un double avantage : proposer des solutions réalistes, tout en apprenant comment travailler en équipe et monter un projet de A à Z. Objectif atteint !

Quels sont les avantages de votre projet ?

Un triple avantage à ce projet :
Pour les utilisateurs peuvent prendre des photos à tout moment et l’imprimer pour la conserver. Un souvenir sympa d’une soirée entre amis !
Pour les propriétaires de bar : le coût des photos (2€), permet de faire une marge et d’avoir un revenu supplémentaire. Cela permet de se démarquer de la concurrence.
Pour l’entreprise Clic’émotion : une nouvelle cible, de nouveaux clients, et un fort gain de notoriété car le nom de l’entreprise s’affiche sur toutes les photos imprimées et partagées !

Votre projet en 3 mots :

L’ENR pour une dose d’énergie en musique


Nous nous retrouvons pour vous présenter un nouveau projet tuteuré d’un groupe e-commerçants composé de Louise, Alan, Tomas et Lucas. A travers ce projet tourné vers la musique, les maserticiens sont en charge d’améliorer la visibilité du groupe à travers le web.

musique


Présentez-vous ainsi que votre projet ?

L’ENR (Ensemble National de Reggae) est un groupe de 9 musiciens proposant des reprises des plus grands standards Reggae. Ils effectuent aussi bien des concerts sur scènes que dans les rues. Par conséquent, ils se définissent comme le premier groupe de reggae “qui marche”, dans le sens où le groupe se produit sur scène et en déambulatoire en tirant leur sonorisation dans un chariot géré par un ingénieur du son.

Ils effectuent une tournée chaque année dans les plus grands festivals de reggae tels que le Dub Camp Festival, le No Logo ou encore le Reggae Sun Ska et assoient ainsi leur notoriété en faisant la première partie d’artiste reggae les plus reconnus comme Danakil, Naâman, Alpha Blondy, etc.

Cependant, contrairement à ces derniers, l’ENR ne dispose pas de son propre site web, ce qui le pénalise afin de se faire connaître afin de trouver de nouvelles dates de concert. C’est là que nous intervenons.

Quelles sont vos missions ?

Notre projet repose sur 3 missions principales :

  • la création d’un site web e-commerce présentant le groupe et proposant l’achat de cd et de t-shirt,
  • la mise en place d’un SEO efficace,
  • la proposition de tutoriels wordpress afin de maintenir le site à jour.

Quel est objectif principal ?

Créer un univers graphique web et développer leur notoriété sur le net, la toile, le réseau, l’internet, comme disent les djeun’s.

Quels sont les avantages de votre projet ?

Notre projet nous offre la possibilité de travailler avec une équipe de musiciens professionnels passionnée, dans un contexte décontracté et agréable. Ainsi, la communication dans le projet est grandement facilitée grâce à une relation hiérarchique souple. De ce fait, le projet progresse à un bon rythme.

Votre projet en 3 mots :

ENSEMBLE NATIONAL de REGGAE !

Le beer pong

La Maserteam revient aujourd’hui afin de vous remémorer le troisième afterwork de l’année : un tournoi de Beer Pong inter MASERTIC. Il a eu lieu le 13 novembre au bar La Terrasse pour afin de relancer la compétition déjà présente lors des précédents afterworks.

À cette occasion, l’intérieur du bar nous était privatisé et les règles du jeu sont simples. Par équipe de deux, le but est de lancer la balle dans les gobelets. Il faut ainsi faire boire ses adversaires tout en éliminant les verres sur leur table jusqu’au dernier.

beer pong

Suite à cette compétition très rude, les gagnants ont été récompensés par des lots. Nos équipes gagnantes de ce beer pong ont donc gagné une bouteille d’alcool, des shooters ou encore des cocktails.

On espère que cet afterwork vous a plu et on vous donne rendez-vous pour le prochain événement que nous avons organisé qui est le repas de Noël Masertic.

Essentielle : une affaire de proxi-amitié 

Nous nous retrouvons cette semaine pour un nouvel article de la rubrique “Dans la peau d’un maserticien”. Aujourd’hui, nous vous présentons un groupe de rédacteur web en charge de la communication de l’agence Essentielle : une jeune entreprise rochelaise.

agence

Présentez vous ainsi que votre projet ? 

Ce projet se compose de 5 étudiants en MASERTIC -parcours rédacteur web- qui venant d’horizons différents (DUT TC, BTS Communication, Langues…). Le projet porte sur l’agence Essentielle, une jeune entreprise d’aide à la personne (ménage, garde d’enfants…). Cette entreprise “100% rochelaise” a ouvert ses portes en janvier 2018. “Pour apporter de la notoriété et de la visibilité à cette jeune agence, nous sommes en charge de toute la communication digitale.

Quels sont les objectifs de votre projet ? 

Nos principaux objectifs sont d’optimiser le site internet de l’entreprise, aussi bien au niveau de contenu (titres, pages) que du design (images, menus, logos…). Nous sommes également complètement en charge du compte Facebook d’Essentielle, sur lequel nous postons à un rythme moyen de 2 fois par semaine. Des vidéos promotionnelles sont aussi prévues (1 de présentation de l’entreprise, 1 pour chaque prestation de l’entreprise).

Quels sont les avantages de votre projet ?

Les avantages de ce projet sont de :

  • mettre en avant une entreprise rochelaise locale,
  • d’exercer le rôle de Community Manager,
  • d’avoir des missions diverses et complémentaires.

Vous l’aurez compris, ce projet est très formateur ce qui est dû à la création de A à Z de l’entreprise.

Décrivez votre projet en 3 mots 

agence agence agence

Le Quizz de culture générale

Aujourd’hui, nous vous remémorons notre deuxième afterwork. Quoi de mieux qu’un quizz de culture générale pour continuer la compétition lancée au sein de la promotion ? Celui-ci s’est déroulé le Mercredi 7 Novembre 2018 au Dock Café, dans une salle réservée spécialement pour nous.

Nous avons décidé de fonctionner par thèmes, à savoir Culture Générale, Personnalités, Culture du Web et Géographie. Chaque thème étant composé d’une quinzaine de questions, et une équipe gagnante pour chaque thème. Bien sûr, il fallait s’y attendre, nous avons eu beaucoup d’égalités entres les équipes nous avons donc rajouté à chaque fois une question, tout droit sortie de notre cerveau, pour les départager. L’équipe gagnante remportait un pichet de bière ou de punch, de quoi remotiver les troupes pour les parties suivantes.

Quizz Quizz

On espère que cet afterwork vous a plu, en tout cas nous, on a beaucoup apprécié rédiger les fameuses questions de ce quizz.

A la prochaine pour de nouvelles aventures !

Quizz

Développer la communication de la startup Clic Emotion

 Nous nous retrouvons cette semaine pour un nouvel article “Dans la peau d’un maserticien” spécial startup. En effet, nous vous présentons aujourd’hui un groupe de e-commerçantes en alternance qui s’occupe de la communication événementielle de Clic Emotion. 

startup

Présentez vous ainsi que votre projet 

L’équipe est composée d’Elonie, Laeticia et Charlotte, élèves en alternance à Masertic. Dans le cadre de notre formation, elles doivent proposer une solution pour améliorer la communication et favoriser la visibilité de l’entreprise Clic Emotion. C’est une startup créée en 2014 par l’association de Bruno RIPOLL et Michel DUCOS visant le monde de la photographie événementielle. Elle est localisée à Canohes près de Perpignan.  “En effet, la la startup fabrique et commercialise des bornes à selfie” d’après Elonie, membre du projet.

Quels sont les objectifs de votre projet ?

“Il y’a un manque de visibilité de la startup auprès des entreprises, nous nous sommes donc posé la question “Comment améliorer la visibilité auprès d’une clientèle bien particulière ? ” selon Charlotte, membre du projet.

L’objectif principal étant de communiquer avec les bornes  selfie sur un événement de type team building/escape game. Le principe de l’événement va être de fédérer des équipes (entreprises) dans le cadre d’un team Building sous forme d’un escape game. Il se déroulerait sur une demi-journée ou une journée avec une pause gourmande ou déjeuner. Durant l’activité, il y aura la possibilité de se prendre en photo grâce à une borne à selfie “Clic Emotion” afin de permettre aux employés d’en retirer un souvenir et de se prendre en photo au moment opportun lors des énigmes. Puis à la fin de la journée, nous allons proposer un jeu concours du type “la photo la plus drôle” prise dans la boite à selfie, avec comme récompense des goodies à l’effigie de Clic Emotion et notre entreprise partenaire.

Quels sont les avantages de votre projet ?

“L’avantage de ce projet c’est qu’il permettrait de faire connaître Clic Emotion auprès des entreprises et des compagnies de team building et d’élargir l’image de marque” d’après Laetitia, membre du projet.

Décrivez votre projet en 3 mots

“Souriez, c’est filmé”

The Blind Test

Notre premier after work a eu lieu au bar Les Enfants du Rock le mercredi 17 octobre 2018. En effet, il nous tenait à cœur de mettre en compétition les maserticiens. Pour cela, nous avons décidé d’organiser un Blind Test géant. Le cadre proposé par Les Enfants du Rock entrait totalement dans l’ambiance avec un espace qui nous était totalement réservé.

Les règles sont simples: les maserticiens se retrouvent par équipe de 5 et défient les autres groupes sur 3 thèmes de 20 chansons. Parmi eux, on retrouve les fameuses années 80, les musiques actuelles et les musiques de films. De plus, vu l’engouement que cela a apporté, un quatrième thème avec des musiques des années 2000 fut improvisé !

Dans le but de motiver les troupes, des consommations étaient en jeu à la fin de chaque manche. Cependant, la compétition est rude : la moindre erreur est fatale dans le classement. De Michael Jackson à Francky Vincent en passant par Diam’s et Aladin, il est essentiel de réviser ses classiques pour gagner.

Finalement, personne ne s’est vraiment démarquée avec 4 équipes gagnantes différentes. Ce n’est que partie remise ! Maintenant que la compétition est lancée et que la promotion MASERTIC est soudée. Il va alors falloir répondre présent pour rester dans la course.

Blind test

La Classe Des Gourmets

C’est en 2012 que le chef cuisinier Grégory Coutanceau a lancé La Classe des Gourmets un établissement dédié aux cours de cuisine, de pâtisserie et de sommellerie situé à La Rochelle. Le chef a su profiter de sa notoriété pour créer une école à son image : raffinée.

La classe des gourmets

On peut se demander par quels moyens Grégory Coutanceau utilise sa notoriété pour créer un établissement de cuisine pour tous ?

L’école accueille 60 à 70 élèves par semaine, de l’amateur à la fine bouche, autour d’une cuisine conviviale hautement équipée. Grégory Coutanceau met aussi son expérience au service des petits gourmets afin de développer leur créativité. Au total, 16 ateliers sont proposés à des prix allant de 38€ à 1270€.

La Classe des Gourmets se positionne comme un initiateur à la réalisation de recettes sophistiquées, pour le plaisir de cuisiner. Deux structures proposent des cours à La Rochelle : ‘L’Atelier à la carte”, axé sur la boulangerie/pâtisserie et “Cours de cuisine 17”, qui permet l’apprentissage des bases de la cuisine à domicile seulement.

L’entreprise se différencie grâce à l’identité de son créateur et des chefs reconnus qui l’entourent, souvent cités dans la description des cours. Bien évidemment, la diversité et l’originalité de son offre accentue sa notoriété. On remarque par ailleurs que le premier élément visible sur la devanture de l’école est le nom du chef, et non celui de l’établissement comme si Gregory Coutanceau était une marque.

Il est le seul à proposer une offre de recettes de cuisine sucrées et salées sur la région ce qui lui laisse la liberté de se construire une image forte. Également propriétaire des restaurants gastronomiques, les Flots et l’Entracte, les Rochelais ont déjà forcément entendu le nom : Grégory Coutanceau.

Très connectée, La Classe des Gourmets est présente sur le web grâce à son site internet, son blog et sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook.

La classe des gourmets

Les Ateliers Numériques Google

Le mercredi 19 septembre 2018, les maserticiens ont participé aux ateliers numériques proposés par Google. Ces ateliers étaient encadrés par deux coachs Google très dynamiques et enthousiastes : Chloé Fiodiere et Théo Wittke. Rassemblés au Pôle Communication de l’Université de la Rochelle, cette journée fut très enrichissante !

GoogleGoogle

En effet, les étudiants de l’ancienne promo MASERTIC avaient également participé à la formation Digital Active proposée par Google. Une fois effectuée, celle-ci permet d’obtenir une certification.

Mais cette année, les professeurs ont préféré faire participer les étudiants aux Ateliers Numériques pour changer un peu. En revanche, cela n’empêche pas ceux qui le souhaitent d’obtenir la certification Digital Active eux-mêmes en se connectant à la plateforme. Rappelons que cette formation est totalement gratuite et accessible depuis chez soi. Ainsi, il s’agit d’un véritable plus dans son CV lorsque l’on souhaite travailler dans le domaine du numérique. Plus de renseignements sur cet article

Durant cette journée d’ateliers, les étudiants ont pu participer à différents challenges sous formes de minis-jeux proposés par les coachs. Permis eux, le cercle des prénoms : chaque joueur énonce son prénom en faisant un geste et son voisin doit le répéter en se présentant lui-même. Le but étant d’apprendre à se connaître rapidement.

Les maserticiens ont également pu commencer leur formation Digital Active en validant deux badges sur la plateforme avec l’interaction des coachs. Il ne leur reste plus qu’à finir leur certification chez eux pour posséder un atout de plus. Alors à vos claviers !

Google